Professeur Maxime da Cruz: une vie au service de la recherche universitaire

Spread the love


Humilité, humanité et rigueur dans la recherche, voilà le triptyque qui illustre au mieux la vie du recteur Maxime da Cruz, professeur émérite célébré ce 22 Septembre 2021 à l’Université d’Abomey-calavi (UAC). Au cours d’une journée scientifique dédiée à son intention, le Professeur a reçu de la communauté universitaire des hommages mérités, pour sa brillante carrière au service de la linguistique.


Alors qu’il est appelé à faire valoir ses droits à la retraite, le professeur Maxime da Cruz a reçu les palmes de la communauté universitaire ce 22 Septembre. Homme de probité et de grande humanité, les qualités du professeur ont été vantées par plus d’un pour témoigner de l’immensité de ce qu’il fut durant sa riche carrière d’enseignant chercheur.
Pour le Doyen de la Faculté des lettres, langues, arts et communication (Fllac), Prof Pascal Okry Tossou, la tribune était propice pour les confessions: « … je lui volais des marques de vie, des indices d’humanisme, des preuves d’humanité. Professeur da Cruz, je vous en ai beaucoup volé et je ne sais pas si j’ai réussi à le restituer autour de moi…» déclare l’universitaire. Initiée par un groupe d’enseignants, qui sont pour la plupart des anciens étudiants, doctorants, collègues et amis du professeur da Cruz, cette journée scientifique en son honneur est une marque de sympathie pour célébrer le “maître” avec pour thème principal: ” Cultures, langues et développement en Afrique, une sempiternelle équation.”

Pour M. Samuel Djengué, chef du Département des sciences du langage et de la Communication (Dslc), <<L’occasion s’offre une fois de plus au personnel enseignant, et à tous les étudiants du département des sciences de langage et de la communication (Dslc) de témoigner de la personnalité hors du commun du Professeur Maxime da Cruz et de lui accorder des marques d’honneurs pour la clarté de ses enseignements ».

Florilège de témoignages poignants

Dans le ballet des souvenirs à l’honneur du scientifique, se sont succédé au pupitre des personnalités, et pas des moindres du monde universitaire. L’ancien ministre de l’enseignement secondaire et de la formation professionnelle Prof. Mahougnon Kakpo garde de lui sa simplicité et son humilité. Pour le Directeur de l’Office du Baccalauréat, Prof Alphonse da Silva, les sages conseils de son ami d’enfance l’ont beaucoup aidé, surtout quand il était le secrétaire général de l’inter-syndicat des enseignants du supérieur. « C’est lui qui m‘a encouragé à persévérer pour que le statut des enseignants du supérieur soit obtenu. Ce n’était pas facile. Je pleurais en assemblée générale et celui qui me consolait, c’était le Professeur Maxime da Cruz », se rappelle-il.
Profondément marqué par les qualités de cet enseignant exceptionnel, le doyen de la Fllac va se permettre de s’opposer à son admission à la retraite. « Professeur, vous ne partirez pas. La Fllac, au nom de laquelle je parle, dit non à votre départ à la retraite. Je prends le risque de dire, au nom de mes collègues, que nous allons vous envahir. Cette morale qui s’évapore, quand il y a une source rare qui la donne, il faut la retenir pour permettre à nous les plus jeunes d’aller y boire », plaide Pascal Okry Tossou d’une voix enrouée par l’emotion.

En réponse à ce torrent d’éloges, l’heureux du jour reste imperturbable dans ses bottes et garde son humilité légendaire. « Il pleut des cordes, et pourtant vous êtes là. Lorsqu’on se rappelle le nombre que vous faites dans la salle, venus d’horizons divers, vous m’avez renforcé dans la conviction que nous devons veiller à former une famille. Nous devons veiller à tout faire ensemble, même si nous ne pouvons pas être d’accord sur tout », dira le prof. Maxime da Cruz pour exprimer sa reconnaissance à cette marque de sympathie à son endroit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *