Projet SWEDD-Bénin : lancement officiel des activités dans les “Espaces Sûrs” du SWEDD

HomeÉDUCATION

Projet SWEDD-Bénin : lancement officiel des activités dans les “Espaces Sûrs” du SWEDD

Le Centre de Promotion Sociale (CPS) de Pobè, dans le département du Plateau, a abrité le mardi 12 avril 2022 la cérémonie du lancement officiel des activités dans les Espaces Sûrs SWEDD du Bénin.


C’est le préfet Daniel Valère Sètonnougbo du département du Plateau, représentant madame la ministre Véronique Tognifodé, des affaires sociales et de la microfinance qui a présidé cette cérémonie en présence des partenaires techniques et financiers du projet, des responsables de l’Ong CPADES, du Directeur Départemental des Affaires Sociales et de la Microfinance, de l’équipe de l’unité de Gestion du Projet SWEDD avec à sa tête la coordonnatrice, et bien entendu les mentores et filles bénéficiaires.


Dans son mot de bienvenue, Simon Dinan, maire de la commune de Pobè a remercié les autorités à divers niveaux pour avoir accepté que sa commune abrite les manifestations.
Pour madame Djaoudath Alidou Dramane, coordonnatrice du SWEDD-Bénin, la présente activité marque le début de l’opérationnalisation des 770 Espaces Sûrs du sous projet “Compétences de Vie et Santé Reproductive” sur l’ensemble du territoire national.

C’est l’une des preuves de la volonté politique manifeste du gouvernement du Bénin, de rendre effective la capture du dividende démographique. Aussi a-t-elle remercié les autorités gouvernementales et les partenaires techniques et financiers pour leurs appuis constants à la mise en œuvre du Projet SWEDD-Bénin.


À travers son intervention, la directrice exécutive de l’Ong CPADES, madame Radegonde AÏHOU, qui a à charge la mise en œuvre du sous projet « Compétences de Vie et Santé de Reproduction », est partie d’un constat de terrain pour rappeler que le pourcentage des femmes ayant parlé de la planification familiale avec un agent de terrain varie de moins d’un pour cent dans l’Atacora à 18% dans le Plateau. Pour ce qui est des femmes ayant discuté de la planification familiale dans un établissement de santé, les pourcentages de 8% dans le Mono et la Donga à 20% dans l’Alibori. La proportion des femmes non utilisatrices n’ayant pas discuté de la planification familiale dans un établissement de santé ou avec un agent de terrain est plus élevée chez les femmes de 15 à 19 ans avec un taux de 91% contre 76% chez les femmes de 25 à 29 ans et 30 à 34 ans.

Ces statistiques sont peu reluisantes et il importe de les améliorer, a souligné la directrice exécutive de l’Ong CPADES, avec la mise en œuvre du sous projet<>. Les interventions de l’Ong CPADES au sein des communautés seront menées à travers trois stratégies à savoir : les Espaces Sûrs ; les Clubs les garçons et les hommes s’engagent et la stratégie du Dialogue communautaire. Ce cahier de charge quoique lourd n’émousse guère l’ardeur des responsables de l’Ong CPADES déterminés à atteindre les objectifs à eux fixés.


En procédant au lancement des activités dans les Espaces Sûrs, le préfet du département du Plateau, Daniel Valère Sètonnougbo, représentant la ministre des affaires sociales et de la microfinance Véronique Tognifodé, a déclaré que le sous projet “Compétences de Vie et Santé Reproductive” apparaît comme une réponse aux défis de croissance démographique exponentielle qui caractérise notre pays. En ce qu’il vise, poursuit-il, à impacter directement les filles à risques de grossesses précoces ou souvent non désirées et de mariages forcés généralement précoces.

A travers l’accompagnement qui sera donné à ces filles dans les espaces sûrs, l’autorité ministérielle, à en croire le préfet du Plateau, reste convaincue que la notion de la parenté responsable ne sera plus une vaine expression. Au nom du MASM, il a appelé l’attention des mentores sur leur rôle à jouer dans la réussite sociale des adolescentes et jeunes filles qui leur seront confiées. « Quant aux hommes, leaders religieux et coutumiers et familles, votre adhésion à ce programme des Espaces Sûrs est nécessaire voire obligatoire, si vous espérez le développement de vos communautés », a-t-il souligné avant de passer à la coupure du ruban, acte qui symbolise le démarrage des activités des Espaces Sûrs SWEDD sur l’ensemble du territoire national.
SWEDD est un projet régional placé sous la tutelle du ministère des affaires sociales et de la microfinance. Il est financé par la Banque mondiale avec l’assistance technique de l’UNFPA et de l’OOAS.

SCom/SWEDD-Bénin

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0